top of page
  • Photo du rédacteurNoelia Ceballos

2024 : l'Hôtellerie se prépare pour une année olympique

La course vers l'événement le plus important des prochaines années s'accélère. Paris se prépare à vivre ses JO. Les hôteliers et restaurants se tiennent prêts après une belle année 2023.


Voici les analyses, tendances et actualités qui ont retenu notre attention en ce début d'année olympique.



Photo des anneaux olympiques sur la place du Trocadéro à Paris avec la Tour Eiffel au fond
Paris 2024 : le secteur du tourisme se prépare à une année historique. Crédit : Nicolas Michaud, sous licence CC - creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/


L'actu qui vous touche vous, hôteliers


  • JO de Paris : dernière ligne droite pour l'hôtellerie-restauration

Une année en or pour le tourisme français. Les Jeux Olympiques promettent d’être un vrai coup d’accélérateur pour le secteur.


La barre des 100 millions de touristes annuels sera dépassée. C’est la prévision d’Atout France.


Les prévisions sont alléchantes pour les professionnels : les 200 milliards d’euros de chiffre d’affaires devraient être atteints sans problème (soit 7,5% du PIB). 


Une aubaine pour les hôteliers, mais aussi un challenge de taille. Car sur cette dernière ligne droite vers le 26 juillet (date de la cérémonie d’ouverture), les épreuves sont encore nombreuses.


À commencer par les 300 000 postes encore vacants en restauration, et les quelque 60 000 postes supplémentaires à pourvoir au moment des JO, d’après une étude IFOP commandée par le GHR.


Cela aura-t-il un impact négatif sur la qualité d’accueil des restaurateurs? C’est ce qui inquiète 3 Français sur 4 selon ce sondage. Catherine Querard, présidente du GHR appelle le Gouvernement « à une prise de conscience et à trouver ensemble des solutions rapidement ».


La hausse des prix des nuits d’hôtel (déjà évoquée dans notre précédent numéro) a fait réagir les pouvoirs publics qui ont annoncé vouloir doubler le nombre de contrôles anti-fraudes auprès des hôtels et restaurants.


Mais le traitement médiatique de ces sujets mettrait-il des bâtons dans les roues des pros de l’hôtellerie restauration?


Des hôteliers et restaurateurs parisiens ont dénoncé une communication « anxiogène » autour de l’événement. Notamment de la part des autorités locales.


Pour rappel la présidente d’Île-de-France Mobilités a recommandé aux Franciliens de télétravailler pendant les Jeux . « C'est des clients en moins dans nos hôtels, nos cafés, nos restaurants et nos bars » s’inquiète Franck Galveau, président de l’UMIH Île-de-France.


L’été 2024 sera dans tous les cas le train à ne pas rater pour les professionnels du tourisme. L’aboutissement d’un travail de longue haleine pour tous ces établissements qui se préparent depuis des mois à donner le meilleur.


Mais quid de l’après JO


Ceux qui tireront leur épingle du jeu seront les hôteliers qui sauront « profiter de cet évènement pour mettre en place les bonnes stratégies et pratiques qui, sur le long terme, leur feront gagner en rentabilité et qualité de leur produit. ». C’est la vision que partage Aude Naveilhan dans un édito de Tendance Hôtelière, à lire sans plus tarder.


  • Une saison hivernale qui clôture 2023 en beauté


L’hôtellerie-restauration arrive en 2024 en très bonne forme après une année 2023 de scores très encourageants.


Le revenu par chambre (RevPAR) en hausse de 15% par rapport à 2022 et un taux d’occupation qui progresse jusqu’à atteindre les 67%. Vous retrouverez l’intégralité des chiffres dans un rapport très complet d’Hospitality On.


Le luxe se porte à merveille : tout en affichant une hausse de prix considérable (+9,6% par rapport à 2022),  le segment enregistre de belles performances (RevPAR de +10,9% et taux d’occupation stabilisé à +0,8% par rapport à 2022). 


Zoom sur la saison hivernale toujours en cours.

 

Côté montagne, ça respire l’optimisme. La période de Noël a été intense pour ces établissements : plus de 90% de taux d’occupation pour les hôtels des Alpes du Nord. Et la pente devrait rester ascendante pour les vacances d’hiver, avec +3% de taux d’occupation prévisionnel, selon l’Observatoire National des Stations de Montagne ANMSM.


Une belle année qui s’annonce donc pour l’emploi hôtelier. En 2023 le secteur a créé 38 700 postes redevenant le premier recruteur de l’Hexagone. Tout ce que l’on peut souhaiter c’est pour 2024 de continuer sur cette lancée.



Gros plan sur un ski, avec la botte qui va être clipsée avant que le skieur puisse partir
Le tourisme de montagne, sur une belle pente ascendante en 2023.


  • Un coup d’oeil aux tendances voyage en 2024


Et si on se penchait sur les tendances à venir sur le marché du voyage et de l’hôtellerie? 


Voici quelques unes des grandes lignes du rapport annuel du groupe Hilton :


  1. Relax… c’est le maître mot : le bien-être et la détente restent au centre de l’expérience client, quelle que soit la génération.

  2. Connectivité et personnalisation : plus que jamais, ces voyageurs s’attendent à une expérience sans failles. À commencer par un parcours client digitalisé (pour 80% des interrogés il est important de pouvoir réserver leur voyage entièrement en ligne et avoir un accès WiFi pendant tout le séjour). 

  3. Le business travel est de retour : les voyages d’affaires continuent leur reprise post-Covid.


Parlons peu… parlons recrutement.


  • Recruter des jeunes talents dans votre hôtel : comment enfin réussir le pari en 2024 ?

Cette année c’est décidé. Vous revoyez votre stratégie RH afin d’attirer plus de talents jeunes et motivés dans votre hôtel.


Vous n’êtes pas seul, c’est toute une industrie en pleine mutation qui se remue les méninges pour attirer cette fameuse génération Z. Qui, malgré tout, reste très attirée par les carrières dans le luxe selon cette étude de Luxury Hotelschool avec Opinion Way.


Pour autant, l’image encore véhiculée est celle de métiers avec des conditions de travail difficiles et des horaires empêchant un équilibre vie pro/perso.


Alors voici quelques idées et conseils d’experts en recrutement hôtelier :


  1. S’ouvrir aux profils moins conventionnels : comme l’évoquait Marie Guyot, ex-DRH du Royal Savoy à Lausanne dans cet entretien : « Revoir nos critères d’exigence en acceptant des profils moins qualifiés », ce qui demande de « construire une solide politique de training en interne en impliquant des managers opérationnels ».

  2. Construire une relation solide avec les écoles : développez des partenariats avec les établissements et renforcez votre image : celle d’un hôtel prêt à donner sa chance aux jeunes talents et à leur offrir des opportunités d’évolution.

  3. Ne faites plus l’impasse sur les réseaux sociaux ! : Montrez à ces générations la réalité et la diversité des métiers de l’hôtellerie. Nous vous recommandons l’analyse d’Arnaud Cabanis, Directeur Général de la Monétisation chez TikTok France, sur les nouvelles stratégies de recrutement sur cette plateforme.

  4. Offrez le meilleur cadre de travail possible : si vous pensez que le seul prestige de votre hôtel suffira à recruter un jeune, il est urgent de revoir votre copie ! Et oui. Car comme le rappelle Marie Guyot, « un établissement extraordinaire avec un management toxique ne peut pas espérer attirer les talents ». Le bien-être au travail et l’adhésion aux valeurs RSE étant des priorités pour cette génération, faites-en votre priorité.



Un homme boutonne son costume en bas d'un escalier.
Malgré une crise des vocations, l'hôtellerie de luxe continue de faire rêver les jeunes.

En coulisses ! L’art de faire vivre un hôtel de luxe.


  • Relever le pari de la mobilité douce : l’exemple de la location de vélos en hôtel

Se rendre rapidement aux activités, gagner du temps et de l’argent en évitant la recherche de stationnement… voilà qui peut faire toute la différence pour les clients d’un hôtel, notamment dans les grandes villes.


C’est le pari que font de plus en plus d’hôtels : celui de la micro-mobilité. Comprenez, petits véhicules permettant de se déplacer en zone urbaine sans encombres, tels que la trottinette et le vélo électrique.


Le groupe Marriott est un bel exemple : leurs hôtels en Europe sont de plus en plus nombreux à proposer un service de location de moyens de transport écologiques.


Un pari gagnant non seulement pour le respect de l’environnement, mais parce qu’une balade à vélo ou un trajet en trottinette seront aussi des moments authentiques. Une découverte de la ville sous un autre angle qui ajoutera à la qualité de l’expérience que vous faites vivre à votre client.


  • Rajeunir la clientèle des restaurants gastronomiques : des menus étoilés pour les moins de 35 ans

Les jeunes d’aujourd’hui seront-ils les clients des restaurants gastronomiques de demain?


Certains chefs étoilés ont décidé de prendre les devants en rendant leurs tables gastronomiques plus accessibles aux nouvelles générations.


Comment? En proposant des menus tout inclus pour les jeunes, comme le font déjà plusieurs établissements à Paris et en province, cités dans cet article du Journal de l’Hôtellerie.


Des offres souvent en 4 services tout inclus, afin de faire vivre aux jeunes clients l’expérience complète d’un repas gastronomique. Peut-être une première pour certains.


Une question de transmission de la culture gastronomique française, mais aussi une manière pour certains chefs de toucher la future génération de professionnels. En rendant ces repas plus accessibles aux étudiants en école hôtelière.



Gros plan sur une main en train de mettre en assiette un plat gastronomique
Le menu tout inclus pour les moins de 30 ans? Des chefs étoilés font le pari pour rajeunir leur clientèle


 

Si cet article vous a permis de faire le plein de nouvelles idées en matière de gestion hôtelière et de recrutement, n’hésitez pas à le partager autour de vous et dites-nous les sujets que vous aimeriez voir abordés dans les prochains numéros.


L’équipe de Denis Bournerias recrutement vous souhaite une année 2024 pleine de réussites et de nouveaux projets !

80 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page